**Com' :** Bonjour Olivier ! Qui n'a jamais croisé ton chemin dans les couloirs ? Tu es le directeur adjoint de l'école depuis un petit peu plus de 18 mois et pour cette première interview de 2024, tu as accepté de faire un bilan de cette période et de discuter des perspectives futures de l'école. Tout d'abord, comment te sens-tu au sein de l'école?

**Olivier :** Bonjour la Com’ ! C'est vrai que cela fait maintenant 18 mois que je suis ici, et je dois dire que je m'y sens vraiment bien. Le monde de l'éducation me passionne, et c'est un retour aux sources pour moi. Je prends à cœur de contribuer activement au développement de l'école.

Un début de carrière en tant que professeur d'ECPS

**Com' :** Un retour aux sources, mais cela fait quelques années que tu as quitté la fac ou le lycée, n'est-ce pas?

**Olivier :** Effectivement, j'ai quitté la fac il y a un certain temps, mais pour retourner au lycée. J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que professeur d’EPS. A la suite de ça, et après de nombreuses années d’enseignement au lycée, j'ai exploré le milieu médico-social. Dans un premier en tant qu’éducateur sportif puis chef de service. C'était une expérience enrichissante, mais elle a mis en évidence à quel point l'éducation me manquait, j’ai donc décidé de replonger dedans. Je crois que je suis tombé dedans quand j’étais étudiant !

Favoriser le développement global d'Ostéobio

**Com' :** On comprend bien que l’éducation te passionne. Peux-tu nous éclairer sur ton rôle, la manière dont tu as participé à la structuration et au développement de l'école au cours de ces 18 derniers mois?

**Olivier :** En tant que directeur adjoint, j'ai été impliqué dans la coordination des actions et des initiatives visant à améliorer en continu l'enseignement et à favoriser le développement global de l'école. Nous avons élaboré des plans stratégiques pour lesquels l'écoute des retours des enseignants, des étudiants et des parents a été cruciale pour apporter des modifications. Ces 18 derniers mois correspondent à une période marquée par des progrès significatifs, et je suis fier de notre progression ainsi que de la trajectoire que nous avons empruntée.

Les besoins spécifiques en terme d'éducation d'une école d'ostéopathie

**Com' :** Tu es donc passé du statut d'enseignant à celui d'encadrant d'une structure éducative. Ce n'est pas tout à fait la même chose, n'est-ce pas ? Comment fait-on pour comprendre les besoins ?

**Olivier :** Tout à fait, ce n'est pas la même chose, mais avoir été prof m'apporte énormément dans la vie de tous les jours. Comme tu le soulignes, il faut comprendre les besoins de l'éducation et les besoins spécifiques d'une école d’ostéopathie. Le fait d'avoir été prof me permet de comprendre les besoins de l'éducation. Chaque structure éducative, chaque école, va avoir des besoins spécifiques et inhérents à son fonctionnement. Pour y parvenir, il faut appréhender la philosophie de l’école pour ensuite l’appliquer dans la vie quotidienne et dans nos prises de décisions.

Perspectives pour l'avenir d'Ostéobio

**Com' :** Nous voyons bien que l’école est dans une démarche d’amélioration continue de son enseignement. On peut aisément penser que tu souhaites que cela se poursuive. Quelles sont tes perspectives pour l'avenir de l'école ? Quel est l’objectif de cette démarche ?

**Olivier :** Nous avons des projets ambitieux pour l'avenir d' Ostéobio. Notre objectif est de continuer sur la dynamique dont je parlais juste avant. Nous allons travailler sur la maquette pédagogique et son enseignement de manière à l’améliorer en continu afin de remplir notre objectif : être une école résolument moderne en restant à l'avant-garde des évolutions dans le domaine de l'éducation et de la santé.

Une approche biomécanique

**Com' :** Tu nous as parlé de la philosophie de l’école. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

**Olivier :** Elle est transmise par ses professeurs et rayonne à travers la pratique de nos élèves et de nos diplômés. Tout d'abord, nous nous basons sur un enseignement biomécanique, reconnu dans la littérature scientifique. L'approche biomécanique nous permet d'inclure nos étudiants, et donc les ostéopathes formés chez Ostéobio, de la meilleure manière dans le système de soins. À l'issue des 5 ans d'études, ils sont en mesure de travailler avec l'intégralité des autres professionnels de santé. Ensuite, ce qui caractérise Ostéobio, c'est cette vision de la prise en charge, centrée sur la source de la douleur, qui permet d'apporter une réponse précise à la plainte du patient.

Un regard différent

**Com' :** On comprend bien l'intérêt de se baser sur la philosophie de l’école dans le cadre de son enseignement. Tout cela te semble évident, mais tu n'es pas ostéopathe. Est-ce une force ou une faiblesse ?

**Olivier :** C'est une force, car j'apporte un regard différent. Mes années dans le médico-social m’ont appris que l’on ne devait pas avoir une approche unidirectionnelle. Il faut apporter un regard ostéopathique sur la formation, c'est évident, mais aussi un regard externe. Nous devons en permanence appréhender la pédagogie avec des approches différentes si l’on souhaite apporter un enseignement qualitatif à nos étudiants. Ne pas être ostéopathe implique aussi de devoir s'approprier une maquette pédagogique qui n'est pas innée pour moi. C’est là où le travail avec les équipes pédagogiques est primordial. Je dois dire que ce travail est possible grâce à un corps professoral qui connaît son sujet sur le bout des doigts et cela permet d’échanger rapidement et de manière concise.

Profils des étudiants d'Ostéobio

**Com' :** Parlons maintenant de nos étudiants ! Peux-tu parler des différents profils d'étudiants à Ostéobio ?

**Olivier :** Les profils sont très variés et apportent une véritable richesse à l'école. Bien évidemment, la majeure partie des étudiants d’Ostéobio intègrent l’école en post-bac. Les néo-bacheliers représentent plus de 65% des inscriptions chaque année. Je rappelle que nous sommes une formation hors Parcoursup, donc les inscriptions peuvent se faire en amont des procédures Parcoursup, et cela permet aux élèves de terminales de passer une année plus sereine. Ensuite, nous avons un bon nombre d'étudiants qui viennent de STAPS. Ce sont des étudiants très motivés et parfois déçus de leur suivi dans des promotions de plus de 600 voire 1200 étudiants. Nous comptons aussi parmi nous des étudiants qui arrivent des filières santé PAS/LASS (anciennement PACES). Là aussi, ce sont des étudiants brillants mais qui ne se sont pas hissés assez haut dans les classements et peuvent être déçus, voire même découragés. Ils sont pourtant motivés, travailleurs et aiment les sciences humaines. Enfin, nous avons des profils de personnes en reconversion professionnelle. Ce qui est important de rappeler, c’est que l'ensemble de nos étudiants trouvent leur place et se sentent à l'aise dans l'école. Notre objectif est d’intégrer 100% de nos étudiants en les accompagnant.

L'importance des sciences humaines

**Com' :** Quelles matières doivent être appréciées pour devenir ostéopathe ?

**Olivier :** Je pense que l’on peut définir deux grands axes : le côté social et le côté scientifique du métier. Je conseille fortement à nos étudiants d'avoir un attrait prononcé pour les sciences humaines. Cela me paraît incontournable. La compréhension du corps humain à différentes échelles est essentielle pour les futurs ostéopathes. Le métier d'ostéopathe est un métier au contact des patients, il faut donc aimer s’intéresser et aimer le contact avec les autres !

Conseils pour rejoindre Ostéobio

**Com' :** Comment conseillerais-tu les étudiants du lycée pour s'orienter vers Ostéobio ?

**Olivier :** Dans un premier temps, regardez le site internet, nos réseaux sociaux. Vous y trouverez des témoignages, des exemples, des photos, des interviews qui vous permettront de mieux comprendre le métier d’ostéopathe, les études d’ostéopathie et l’école. Ensuite, je conseille de venir participer aux journées portes ouvertes qui se tiennent les samedis. Vous pouvez aussi venir participer à des cours grâce aux mercredis d’immersion.

**Com’** Merci, Olivier 😀

 

Lélia Ferbus, ostéopathe à Ecueillé (36) diplômée en 2016

Un grand merci à Ostéobio de m’avoir permis de devenir une ostéopathe qualifiée. La qualité de l’enseignement ainsi que l’expérience obtenue grâce au projet professionnel effectué sous la tutelle d’un ostéopathe aguerri m’ont permis de m’installer sans soucis majeur et d’être reconnue par les patients et les médecins généralistes des alentours. Ces derniers orientent d’ailleurs leurs malades vers moi. En six mois de temps, ma patientèle s’élargit régulièrement, atteignant la fourchette de 20 à 25 personnes par semaine, et elle continue de s’accroître. Les retours que j’ai pu recevoir de la part de professionnels du monde médical ou autre ne sont que positifs.

Jean-Baptiste Fuster, Première année à Ostéobio et sportif de haut niveau

J’ai choisi Ostéobio car l’école me suit dans mon projet de sportif de haut niveau, ce que peu de structures font. Au sein d’Ostéobio, les notions de performance et d’efficacité sont prépondérantes. Envisageant une carrière dans le milieu du rugby, l’école nous fait bénéficier de nombreux stages dans le milieu sportif ce qui nous permet de nous familiariser avec des conditions de pratiques professionnelles en dehors d’un cabinet. De plus il existe un vrai apprentissage de la biomécanique qui est mis en avant et la possibilité de pouvoir effectuer un projet professionnel en 4ème année nous offre une véritable autonomie.

Julien Figved, ostéopathe à La Celle-Saint-Cloud (78) diplômé en 2012

Les compétences professionnelles acquises lors de ma formation à Ostéobio me permettent de savoir où me situer dans le parcours de soin dans le cadre d’une prise en charge, notamment pluridisciplinaire, de la pathologie fonctionnelle. Cette formation de qualité m’offre la possibilité de travailler en collaboration avec plusieurs professionnels de santé (médecin généraliste, du sport, neurologue, orthophoniste, podologues…).

Rejoignez-nous

715

1,6 K

1105

46,2K
vues/mois