Transcription Video 

Je suis ostéopathe depuis maintenant 2010 formé à Montréal au collège d'études ostéopathique de Montréal et j'enseigne depuis 2015 la prise en charge réelle du nourrisson. Cette formation de base a été complété avec beaucoup de formation continue depuis 2008 puisque avant même que je graduent j'avais commencé mes formations continues particulièrement en neuropédiatrie ce qui m'avait permis de me donner une bonne base. J'ai complété très régulièrement jusqu'à même tout récemment un séminaire sur la déformation crânienne. J'enseigne au Canada, en Italie, en Roumanie et bientôt en Belgique. En France, j'ai été invité par Ostéobio une première fois pour un colloque qui avait eu lieu ici sur le pays invité qui était le Québec dont le sujet était l’obstétrique et la prise en charge de la femme enceinte. J'avais beaucoup aimé la proche d'Ostéobio qui est une approche rigoureuse qui est basée sur des résultats tangibles et réel. Je trouvais que c'était intéressant pour moi en tant que formatrice de m'associer à une école qui soit aussi rigoureuse et qui a une reconnaissance dans la profession. Alors en formation continue c'est sûr qu'on fait des choses un petit peu différente et particulièrement au niveau de la palpation du nourrisson. Ça change un petit peu la dynamique des étudiants qui ont été formés à Osteobio mais justement c'est le but de la formation continue. Alors il y a plusieurs axes. Les nourrissons, ce qu'on va appeler le nourrisson de 0 à 2 ans. On a beaucoup d'enfants qui vont venir très petit. S'il ya besoin on va continuer chez les un deux ans mais c'est vraiment la prise en charge avec la réponse aux plaintes du parent donc il y a toute une partie d'évaluation neurosensorielle. C'est important de savoir ce qui est normal de ce qui n'est pas normal dans le développement moteur également dans l'intégration sensorielle. On va avoir aussi des réponses pour les parents mais aussi les ostéopathes sur les déformations crâniennes, les prises en charge du torticolis avec des critères de sévérité des éléments et des grilles fiable et valides. On va s'occuper aussi de toute la prise en charge de la mise en place de l'allaitement ou alors de la prise du biberon qui peut aussi poser problème par rapport à la biomécanique de la succion, déglutition, respiration et puis bien sûr après c'est tout le système digestif donc les problèmes de reflux, de constipation, de régurgitation que peuvent avoir des tout petits ainsi que la diversification alimentaire comme elle doit se faire et bien sûr avec tout ça le sommeil qui est souvent une plainte des parents. On voit aussi dans l'information comment on peut prendre l'enfant pour qu'il soit un vrai partenaire du traitement est pas un enfant qui subit le traitement donc limiter les pleurs. Les pleurs ne sont pas toujours significatif d'une un signe d'inconfort ça peut être autre chose mais on sensibilise aussi les étudiants au fait qu'un enfant ne doit pas avoir de douleur durant le traitement et donc on utilise aussi des échelles validé de douleur pour justement mettre l'enfant dans une situation la plus confortable possible alors pour tous les praticiens peut-être pas mais tout là pour tous ceux qui veulent travailler avec des enfants et ceux spécialisés en pédiatrie je pense que c'est complètement nécessaire d'abord parce que quand on veut travailler en multidisciplinaire avec d'autres professionnels de santé il est normal d'utiliser les mêmes outils des grilles valider des grilles fiable et ça c'est super important pour avoir le même langage. On s'aperçoit aussi, il ya une étude qui a été faite à Montréal qui a voulu vérifier la capacité des ostéopathes à observer les signes de douleur et en fait les ostéopathes n'arrive pas bien à observer les signes de douleur justement et il l'a sous-estiment à 80%. L'étude a été faite en 2018 donc voyez c'est quelque chose je trouve que ce n'est pas admissible en déontologie et en éthique de ne pas reconnaître la douleur de l'enfant donc oui je pense que c'est complètement nécessaire pour toutes les personnes qui veulent se spécialiser en pédiatrie d'avoir les mêmes outils que les professionnels de santé pour pouvoir parler le même discours et surtout utiliser des outils valide et fiable alors justement j'en ai parlé un tout petit peu avant donc je m'attache à utiliser des outils valide et fiable le plus possible. On commence la formation en évaluant le développement neurosensoriel de l'enfant et ça je pense que c'est la base. En fait pour savoir s'ils sont des enfants qui vont bien et pour accompagner une croissance optimale de l'enfant on va répondre aux plaintes des parents donc travailler aussi bien les déformations crâniennes, les prises en charge de torticolis, accompagné l'alimentation lactée et diversifiée bien sûr la digestion on a parlé du sommeil mais surtout le point important c'est que dans la formation chaque étudiant va pouvoir traiter un bébé qui va venir, qui est invité. Les étudiants vont travailler en binôme travailler sous ma supervision pour adapter leur palpation et leur prise en charge d'un bébé spécifique pendant la formation donc je pense que ça c'est le point en fait qui fait que la formation en pédiatrie un petit peu différente des autres formations. Je reste une passionnée de la pédiatrie j'ai toujours voulu faire de l'ostéopathie pédiatrique donc quand j'enseigne et c'est ce que je dis aux étudiants il faut qu'ils me débranches à la fin de la journée parce que moi je peux parler pendant dix jours donc quand on est passionné en fait le but c'est de transmettre son savoir c'est pas de le garder pour moi – ça m'intéresse pas alors j'ai un plaisir fou à enseigner j'adore ça j'adore partager mes connaissances et souvent dans des groupes qui sont quand même pas très important en général en dessous de 20 mais ça permet un échange aussi de professionnels qui enrichit le cours à chaque fois et c'est comme ça qu'en fait j'ai un plaisir fou à venir enseigner chez Ostéobio.

Hélène Medinger, ostéopathe exerçant au sein de 2 teams moto, diplômée en 2013

Ostéobio est une école novatrice tant dans sa vision de prise en charge des patients que dans l’enseignement délivré. Je soulignerais également l’importance des stages et la pratique terrain omniprésente dans le cursus.

Jean-Baptiste Fuster, Première année à Ostéobio et sportif de haut niveau

J’ai choisi Ostéobio car l’école me suit dans mon projet de sportif de haut niveau, ce que peu de structures font. Au sein d’Ostéobio, les notions de performance et d’efficacité sont prépondérantes. Envisageant une carrière dans le milieu du rugby, l’école nous fait bénéficier de nombreux stages dans le milieu sportif ce qui nous permet de nous familiariser avec des conditions de pratiques professionnelles en dehors d’un cabinet. De plus il existe un vrai apprentissage de la biomécanique qui est mis en avant et la possibilité de pouvoir effectuer un projet professionnel en 4ème année nous offre une véritable autonomie.

Lélia Ferbus, ostéopathe à Ecueillé (36) diplômée en 2016

Un grand merci à Ostéobio de m’avoir permis de devenir une ostéopathe qualifiée. La qualité de l’enseignement ainsi que l’expérience obtenue grâce au projet professionnel effectué sous la tutelle d’un ostéopathe aguerri m’ont permis de m’installer sans soucis majeur et d’être reconnue par les patients et les médecins généralistes des alentours. Ces derniers orientent d’ailleurs leurs malades vers moi. En six mois de temps, ma patientèle s’élargit régulièrement, atteignant la fourchette de 20 à 25 personnes par semaine, et elle continue de s’accroître. Les retours que j’ai pu recevoir de la part de professionnels du monde médical ou autre ne sont que positifs.

Rejoignez-nous

454

1,41K

707

46,2K
vues/mois

contactatosteobio [dot] net