L’ostéopathie en 2016 : attention aux dérives

L’ostéopathie est-elle une médecine manuelle complémentaire de la médecine allopathique traditionnelle, ou un simple traitement de confort et de bien-être ?

En 2016, la question se pose de plus en plus, notamment pour les patients. Or, les formations en ostéopathie et les praticiens eux-mêmes ne sont pas étrangers à cette interrogation. Ostéobio défend à ce propos une ligne très claire, dès ses origines : l’ostéopathie est une pratique thérapeutique aux compétences pointues exigeant un cursus théorique et pratique digne des formations en santé.

L’ostéopathie : une médecine manuelle ou une pratique de bien-être ?

Ostéobio s’engage sans ambiguïté pour rendre à l’ostéopathie un rang qu’elle n’aurait jamais dû quitter : celui d’une méthode thérapeutique fondée sur son identité originelle avérée, celle de la médecine manuelle.

L’ostéopathie est, en 2016, entrée dans les mœurs : le grand public en connaît les bienfaits ou en conserve, aussi, une certaine méfiance. Mais cette ambiguïté est nettement identifiée par Ostéobio : on observe aujourd’hui, de la part de nombreuses écoles, un glissement lent, mais bien réel, de l’ostéopathie vers le bien-être et le confort. Un secteur d’activité dont l’avenir est plus qu’incertain.

Ostéobio : une vision sans ambiguïté de l’ostéopathie comme pratique thérapeutique

Or, l’ostéopathie telle qu’enseignée et défendue par Ostéobio ne s’inscrit absolument pas dans cette dérive. Elle se traduit par une pratique avant tout thérapeutique, fondée sur de véritables compétences professionnelles propres aux acteurs de la santé. Elle répond à une demande réelle de patients souffrant de douleurs musculo-squelettiques, notamment vertébrales, dans près de 80 % des cas.

Car l’ostéopathie n’est axée ni sur le stress ni sur le mal-être psychique du patient. Elle ne sera jamais un succédané de la psychothérapie pour répondre à un simple besoin d’écoute ou de contact. Son objet est tout autre : la prise en charge de troubles fonctionnels clairement identifiés et dûment diagnostiqués, au moyen d’actes manipulatoires dont l’efficacité est reconnue, dans le but d’atténuer voire supprimer des douleurs et des impotences. En cela, l’ostéopathie reste sans équivoque une médecine manuelle.

Ostéobio : des diplômés assumant l’ostéopathie comme un réel enjeu de santé publique

Les étudiants diplômés par Ostéobio en sont pleinement conscients, ce qui donne une juste valeur à leurs compétences professionnelles reconnues par l’agrément renouvelé du Ministère de la Santé à l’École. Et la meilleure manière de limiter les dérives sur ce qu’est réellement l’ostéopathie pour le grand public, c’est que ces jeunes diplômés défendent et assument ce qu’ils sont : des professionnels de la santé issus d’une formation faisant référence en France en 2016, y compris à l’international ou dans les milieux de la recherche et du développement, en tant que thérapeutes de la douleur.

fanny