La belle insertion professionnelle de nos diplômés

diplome-osteobio

La mise à jour des résultats de notre démarche qualité, portant notamment sur les chiffres relatifs à l’insertion professionnelle des diplômés d’Ostéobio, nous conforte dans l’esprit affiché depuis quelques années et vient confirmer la qualité de la formation à Ostéobio, tant au niveau des méthodes et outils pédagogiques qu’au niveau de la conception du métier d’ostéopathe.

Ramanan-THESINGHAM-osteopathe

L’analyse des résultats

Il ressort de cette analyse de l’insertion professionnelle que les diplômés d’Ostéobio sont globalement satisfaits, voire très satisfaits de leur réussite professionnelle.

Dans le détail, plus de la moitié des diplômés sont autonomes financièrement dès 6 mois d’activité. En outre, plus de la moitié d’entre eux exercent au sein d’un cabinet pluridisciplinaire. La grande majorité s’estime satisfaite de l’évolution de son niveau de revenus et 90 % des diplômés choisiraient à nouveau Ostéobio si c’était à refaire.

La seule petite inquiétude concerne la répartition géographique des diplômés qui sont encore trop nombreux à s’installer en Ile de France. Des efforts doivent également être fournis en matière de formation professionnelle continue, notamment en périnatalité, ainsi qu’en préparation à l’installation professionnelle.

Les résultats en détail de l’étude de décembre 2016 (cliquez ici).

Ces chiffres encourageants reposent sur :

  • l’efficacité clinique des actes et protocoles thérapeutiques enseignés à Ostéobio
  • l’expertise biomécanique de la prise en charge des patients et de leurs troubles fonctionnels
  • le principe de prise en charge collaborative avec les autres acteurs de la santé

La méthode

Dans le respect des textes relatifs à l’agrément des écoles d’ostéopathie, l’étude en question a été réalisé en décembre 2015 sur les promotions diplômées 18 et 30 mois plus tôt, soit en juin 2015 et juin 2014 (respectivement 62 et 59 personnes). Les pourcentages affichés correspondent au nombre de réponses obtenues.

Les questions posées concernent essentiellement :

  • le profil des diplômés
  • la description de l’installation professionnelle
  • la description de leur pratique quotidienne
  • leur niveau de revenus

Concernant ces dernières informations, la notion d’autonomie financière est apparue comme la plus adéquate, car le chiffrage des revenus mensuels ou annuels ne révèle pas la qualité de vie (trop dépendante du lieu et du mode de vie de la personne interrogée).